↑ Revenir à 1940-1942

Les écoles de ski et de montagne

Les écoles de ski et de montagne de l’armée d’armistice

Eclaireur-skieur du 13e BCA

Le développement du sport dans l’armée d’armistice entraîne une partie des activités vers la montagne, même au sain des corps n’ayant pas une vocation alpine. L’interdiction d’implanter dans les grandes Alpes des unités autres que les UG oblige de déplacer certaines unités et écoles. Chaque division possède son centre de montagne.

 

 

 

Emplacements des centres de montagne

7e DMGiron (Ain)Cne Achard-James
9e DMBesse-en-Chandesse (Puy-de-Dôme)Cne Courtiade
12e DMLe Lioran (Cantal)Cne de Lassagne
13e DMMont-Dore (Puy-de-Dôme)Lt Lallemant
14e DMMont-Revard (Savoie)Cne Albouy
15e DMLus-la-Croix-Haute (Drôme)Cne Terrasson-Duvernon
16e DMMont-Louis (Pyrénées-Orientales)Cne Ducret
17e DMBarèges (Hautes-Pyrénées)Cne Coche

Les écoles de ski s’installent au Mont-Revard, à Lus-la-Croix-Haute et à Barège. Début mars 1942, des concours de ski sont organisés par les deux groupes de divisions à Mont-Louis (1er GDM) et au Mont-Dore (2e GDM).

De 1941 à 1943, Jeunesse et montagne installe à Montroc une école de chef de cordée et une école de moniteur de ski à Pralognan-la-Vanoise. En 1942, l’école nationale d’alpinisme dirigée par d’anciens cadres de l’EHM fonctionne à la Grave.