↑ Revenir à Les corps de troupe

RAP – Les Régiments d’Artillerie de Position

Historique

Après le premier conflit mondial, à la date du 1er septembre 1919, sont formés des régiments de garnison successibles d’aller occuper les fronts fortifiés. Ils sont composés des cadres d’active des régiments d’artillerie à pied dissous et des nouvelles recrues. Les 154e et 157e RAP sont affectés à la défense des Alpes.

Avec la construction des ouvrages Maginot, les RAP mettent sur pied des batteries d’ouvrage regroupant le personnel servant le matériel spécifique de la fortification.

Manoeuvres du 154e RAP au Gondran

Le 154e RAP

Le 154e RAP est formé à Grenoble avec des éléments provenant principalement du 161e RA complété par des éléments des 176e et 177e RA de tranchée et du dépôt du 11e RAP. Il compte trois groupes, à trois batteries, stationnés à Briançon, Modane et Grenoble. Les batteries détachées (N°9 à ,12) seront dissoutes entre 1919 et 1923. En 1925, le Ier groupe part pour Grenoble et en 1929 le IIIe groupe va à Briançon. La 2e batterie occupe en octobre 1930 le fort du Replaton, à Modane. En 1931, la 8e batterie (unité de tradition du 11e RAP d’avant guerre) s’installe au fort des têtes, au dessus de Briançon. En octobre 1933, la 5e batterie quitte Grenoble pour le fort de Tournoux, dans l’Ubaye.

Le 24 août 1934, un décret ministériel autorise le port du béret alpin. Le régiment forme alors l’artillerie des Secteurs Fortifiés de Savoie et du Dauphiné et doit servir les différents matériels de position qui arment les emplacements ou les ouvrages fortifiés entre la frontière suisse et le camp des Fourches.

En avril 1935, le Ier groupe est regroupé à Modane

En juin 1938 sont créées quatre batteries d’ouvrage, le régiment prend le 16 avril 1938 la dénomination de régiment d’artillerie de position.

155 GPG d'un RAP en manoeuvre en Maurienne

Le 157e RAP

Il est formé à Nice le premier août 1919 à partir du dépôt du 7e RAP et des éléments du 178e RA. Il compte six batteries dont un de DCA à Toulon. La réorganisation de l’artillerie en mai 1929 lui attribue deux groupes à pied et un groupe de DCA. Les écoles à feu qui se déroulent au camp des Garrigues se font à partir de l’été 1930 dans le massif de l’Authion.

Regroupé à Nice, le régiment détache des batteries, à tour de rôle, aux forts du Mont-Agel et de la Drette dessus de Nice. En 1932, il reçoit les étendards des 7e et 10e RAP, dont il garde les traditions. Le 14 mars 1933, deux nouveaux groupes sont créés, dont un de DCA. Le 29 octobre, le régiment reçoit les drapeaux des 7e et 10e RAP dont il sont la garde.

A partir de 1934, le port du béret est autorisé. En 1935, les deux groupes de DCA quittent le régiment pour le 363e RA.

Le régiment, dont le PC est à Nice, compte trois groupes à pied et six batteries d’ouvrage. Il est affecté au Secteur Fortifié des Alpes Maritimes. Le Ier groupe est détaché à menton et le IIe à Sospel. En octobre 1938, la création des batteries d’ouvrage entraîne sa nouvelle dénomination de régiment d’artillerie de position.