↑ Revenir à Mobilisation

Unités du Génie

Génie sapeur du 4e génie

Les unités du génie

A la mobilisation d’août 1939, les trois régiments du génie opérant dans les Alpes sont dissous pour former des bataillons du génie de forteresse.

 

Le 214e bataillon du génie de forteresse

Il est mobilisé à Albertville à partir du 24 août 1939 avec comme noyau actif la 4e compagnie mixte du 4e génie. Son état-major est dissous le 15 mars 1940 et les compagnies deviennent autonomes.

  • La compagnie 214/1 est affectée au SDR, à la Tarentaise et au Beaufortain.
  • La compagnie 214/2 est affectée à la Maurienne.

La 146e compagnie de parc du génie, stationnée à Grésy-sur-Isère, devient, la 1ere janvier 1940, la compagnie de parc 214/21.

  • La compagnie télégraphique 214/81 en Tarentaise et en Maurienne.
  • La compagnie radio 214/82 en Tarentaise et en Maurienne.

 

Le 215e bataillon du génie de forteresse

Il est mobilisé en août 1939 à Nice et à Antibes avec comme noyau actif des éléments du 7e génie. L’état-major est dissous le 15 mars 1940, laissant les compagnies autonomes.

  • La compagnie 215/1 dans le SFAM.
  • La compagnie 215/2 dans le SFAM.

La 157e compagnie de parc devient la compagnie de parc 215/21 le 16 décembre 1939.

  • La compagnie télégraphique 215/81.
  • La compagnie radio 215/82.

 

Génie sapeurs du 28e genie

Le 216e régiment du génie de forteresse

Il est mobilisé fin août 1939 à Briançon, Jausiers et gap avec pour noyau actif la 8e compagnie mixte du 4e génie. L’état-major est dissous le 15 mars 1940 et les compagnies deviennent autonomes.

  • La compagnie 216/1 dans le Briançonnais.
  • La compagnie 216/2 dans l’Ubaye.

 

La 147e compagnie de parc devient la compagnie de parc 216/21 à Gap.

  • La compagnie télégraphique 216/81 dans le Secteur Fortifié du Dauphiné.
  • La compagnie radio 216/82 dans le Secteur Fortifié du Dauphiné.

 

Le groupement de compagnies téléphéristes

A la mobilisation, les compagnies téléphéristes du 4e génie forment à Cors dans l’Isère, le groupement de compagnie téléphéristes N° 325, à deux compagnies (325/1 et 325/2). En juin 1940 est constituée la 325/3. Elle construisent et entretiennent les téléphériques des Alpes.