↑ Revenir à Alpinisation

Les postes d’altitude

Historique

Gare de départ de la Redoute Ruinée

En août 1914, devant la neutralité de l’Italie, les troupes alpines quittent la frontière pour se porter en Alsace et Lorraine, laissant les postes d’altitude à la charge de gardiens civils, qui en assurent déjà le gardiennage l’hiver depuis 1912.

Après le premier conflit mondial, les unités alpines partent en occupation en Allemagne. Les gardiens, peu nombreux, manquant de moyens, ne peuvent entretenir les bâtiments et les routes. Les intempéries, le vent et les tourmentes de neige endommagent les toitures et huisseries.

En 1920 les premières troupes reviennent dans les Alpes. Les travaux de réfection des postes et des routes commencent. Des vitres sont changées, des volets et huisseries réparés, les citernes nettoyées et les murs intérieurs repeints. Les toitures qui ont souffert de dix ans d’absence nécessitent d’importantes réparations.

La Redoute Ruinée

A partir de 1924, les postes sont occupés l’été. En 1928, le général Jacquemot, gouverneur militaire de Lyon, prescrit par les notes des 14 juin et 31 juillet 1928, l’occupation toute l’année des postes d’altitude. En 1930, le général Dosse, gouverneur militaire de Lyon, décide de créer officiellement les sections d’éclaireurs skieurs (SES). Dorénavant les postes d’altitude des Alpes sont occupés par elles. Ces sections, commandées par un lieutenant, se compose d’une quarantaine d’hommes, issus généralement des régions montagneuses, bien que quelques parisiens y soient affectés, qui doivent posséder un bon niveau technique en ski et montagne.

A partir des postes, les SES surveillent la frontière, la parcourant en effectuant des patrouilles hivernales ou d’été.

Les postes du XIVe CA sont souvent établis dans les villages proches de la frontière ou dans les centre d’instruction de skis.

La SES du 70e BAF rentre dans la Redoute Ruinée

En 1935, deux avalanches tuent le même jour sept alpins des 13e BCA et 99e RIA en Haute-Maurienne. Pour éviter de nouveaux accidents, il est décider de relier les postes les plus exposés par des téléphériques. Grâce à eux, les corvées de ravitaillement sont supprimées. Le transport de personnel est interdit sauf pour les cas gravement malades. Les postes reliés par des téléphériques sont : la Redoute Ruinée, la Turra, le camp des Fourches.

 

 

 

Implantations des postes d’altitude

PosteAltitudeDate de constructionUnités
AbondanceChalet28e RTT, 27e BCA
Redoute Ruinée2425 m1892-19027e et 27e BCA, 5e RTM, 70e BAF
Séloges 1700 m1890-1894Troupes de passage, 70e et 80e BAF
Les Chapieux1554 m1890-18947e BCA, 70e BAF
Les Veis (été)2200 m1893-18957e BCA, 70e BAF
La Turra2457 m1891-189313e BCA, 71e BAF
Sollières2457 m1891-189399e RIA et 27e BCA
Le Fréjus2540 m1891-189327e BCA, 99e RIA, 71e BAF
Les Rochilles(été)2494 m1902-19076e BCA, 99e RIA, 91e BAF
Les Acles2260 m1891-18946e BCA, 159e RIA
PlampinetChalet6e BCA, 159e RIA
Gondran C2465 m1886-1891159e RIA
Château-Queyras1420 m1260-183823e BCA, 159e RIA
AiguillesVillage72e BAF
LarcheVillage11e et 15e BCA
Maison-MéaneVillage15e BCA, 73e BAF
Camp des Fourches2250 m1889-191211e et 15e BCA
BreilVillage3e RIA
BeuilVillage141e RIA, 74e BAF
Peira-Cava1430 m1876-18879e BCA, 22e, 24e et 25e BCA
Plan-Caval1933 m18. ?24e BCA, 75e et 76e BAF
Cabannes-Vieilles1790 m18. ?24e BCA, 25e BCA
Les Granges de la Brasque18909e, 18e et 20e BCA
LantosqueVillage20e BCA

Le dortoir du poste des Acles

Le Gondran C

Pylone du téléphérique de La Turra

Ravitaillement du Gondran C