↑ Revenir à Le ski

Les Sections d’Eclaireurs Skieurs

Création

Concours de tir

A partir de 1920, les unités alpines rejoignent petit à petit leurs garnisons dans les Alpes. Dés l’hiver 1920-21, le colonel Dosse, chef des écoles à l’état-major de l’armée, fait rouvrir l’école de ski de Briançon.

En 1929, sous l’impulsion du colonel Touchon, commandant le 159e RIA est créée une école de glacier au Pré de madame Carle, dans la vallée de la Vallouise. L’idée de sections formées de skieurs confirmés, disposant d’une certaine autonomie est dans l’air. Ce projet n’est pas approuvé par le 1er bureau de l’état-major.

Malgré tout, des unités de la 14e RM mettent sur pied des pelotons de skieurs pour les marches et manœuvres d’hiver. Dans chaque unité de cette région, un centre d’instruction de haute montagne (CIHM) est formé.

Eclaireur-skieur

A partir de l’automne 1922, chaque BCA de la 14e RM détache une compagnie prés de la frontière italienne. Ces compagnies avancées stationnent à Bourg-saint-Maurice (7e BCA), Lanslebourg (13e BCA), Modane (27e BCA), Briançon puis Plampinet (6e BCA), Tournoux (15e BCA), Mont-Dauphin et Château-Queyras (23e BCA). Elles sont dissoutes en novembre 1926 pour être remplacées par des « détachements avancés ».

A partir de 1925, les postes d’altitude édifiés avant guerre sont remis en état et occupé en été avant de l’être toute l’année. Il apparaît rapidement que les détachements qui les occupent doivent pouvoir se déplacer à toute époque et être capable de se battre en altitude. Dans chaque vallée proche de la frontière, un détachement avancé est formé avec une ou deux sections de combat étoffer de spécialistes (radiotélégraphistes, comptable, muletiers).

Implantations des détachements avancés 1927-1930

Tarentaise7e BCALe Châtelard, Séez
Maurienne13e BCALanslebourg, Turra et Mont-Froid
99e RIAAussois, Planay, Hortière
27e BCALe Fréjus
6e BCALes Rochilles
Briançonnais-Queyras-Ubaye159e RIAGondran et Olive
23e BCAChâteau-Queyras
15e BCATournoux, Larche, Virayse
Tinée-Vésubie141e RIABeuil, Saint-Dalmas, col de Crous
9e BCARimplas, Marie
20e BCALantosque, Granges de la Brasque
Authion-Sospel22e BCAPeira-Cava, Plan-Caval, la Béole
3e RIABreil, la Giandola, Fontan
Mont-Orso-Menton24e BCACastillon, Mont-Razet, Baisse de Scuvion
25e BCACastellar, la Coletta

 

La SES 1 du 159e RIA à l'arrivée d'un concours de ski

En 1930, le général Dosse prend le commandement de la 27e DIA et favorise l’entraînement aux déplacements à ski. Les « détachements avancés » et les CHIM prennent le nom de sections d’éclaireurs skieurs (SES). Les BCA, RIA et même les régiment de tirailleurs stationnés dans la 14e RM ont leur SES. Cette mesure s’étend petit à petit à la 15e RM et à certaines unités pyrénéennes. En 1935, les BAF nouvellement créés mettent sur pied une SES.

Composition et recrutement

Une SES est commandée par un lieutenant expérimenté. Elle compte trois groupes de combat et un groupe de commandement renforcé d’un sous-officier, un caporal VB, un observateur et un infirmier ou un médecin auxiliaire), soit une quarantaine d’hommes. L’armement comprend le mousqueton 92, le FM 24-29 et le fusil Lebel pour le tromblon VB.

La SES du 13e BCA

Le recrutement se fait le plus possible sur place avec des hommes ayant une bonne connaissance de la montagne et du ski. Avec le développement du ski et de l’alpinisme comme loisir et sport, un nombre croissant de citadins viennent étoffer les SES. Les cadres sont plus difficiles à trouver. Il faut environ deux ans pour qu’un officier ou un sous-officier puisse répondre aux exigences requises.

La création en 1932 de l’EHM à Chamonix permet la formation de cadres de valeur et l’étude d’un équipement adapté. Le chef d’une SES est à la disposition directe du chef de corps qui possède ainsi un élément très bien entraîner successible d’intervenir par tout temps et dans tout les terrains impraticables aux compagnies classiques. Elles représentent également un élément de prestige, participant aux différentes compétions et raids organisés.

La SES du 23 BCA à Chateau-Queyras

Chaque SES du 14e CA occupe un casernement de vallée, à plus de 900 mètres d’altitude et un poste d’hiver à plus de 2000 mètres, disposant ainsi de terrains d’exercice variés où elle peut pratiquer le ski, l’alpinisme, le tir et s’endurcir à la vie en haute montagne.

A partir de 1933-34, les SES passent une quinzaine de jours dans les massifs alpins de haute altitude, à plus de 3000 mètres. En juillet 1938, une grande manœuvre regroupant plusieurs SES se déroule dans le massif du Mont-Blanc.

En 1930 sont créées les troupes spéciales du Levant, comprenant notamment des chasseurs du Liban. A partir de 1936 les bataillons de la 3e demi-brigade du Levant détachent un groupe au centre de ski de Bécharré (les Cèdres) pour former une SES.

Au Maroc, en 1936-37, un refuge est construit à Oukaïmeden pour les éclaireurs skieurs du 4e REI et du 2e RTM.

 

Stationnement des SES entre 1930 et 1939

EHMChamonix
I/99e RIALanslebourg, Sollières, Fréjus, Valloire
II/99e RIAEsseillon, Bissorte, le Lavoir, le Planey
III/99e RIAEsseillon, Sollières, Mont-Froid
I/159e RIAGondran C
II/159e RIAMontgenèvre, les Acles, Plampinet, Clot-Enjaime, Granon
III/159e RIAPlampinet, Château-Queyras, Abries, Plampinet
6e BCAValloire, les Rochilles, Pont de l'Alpes, les Acles
7e BCARedoute Ruinée, Belleville, les Veis
11e BCAJausiers, Camp des Fourches, Larche, Fouillouze
13e BCALanslebourg, Turra
15e BCALarche, Maison-Méane, camp des Fourches
27e BCALe Fréjus, Sollières, Abondance
70e BAFRedoute Ruinée, le Miroir
71e BAFLe Fréjus, le lavoir
72e BAFAiguilles
73e BAFGrande-Serenne, Maison-Méane
3e RIABreil
141e RIABeuil
2e DBCAGranges de la Brasque (9e, 18e et 20e BCA)
6e DBCAPeira-Cava (22e, 24e et 25e BCA)
74e BAFBeuil
75e BAFPlan-Caval
76e BAFPlan-Caval

Mission en temps de guerre

  • Chaque SES doit être apte à :
  • Effectuer des reconnaissances à longue distance.
  • Assurer la liaison entre les vallées.
  • Assurer la garde des passages élevés.
  • Dresser des embuscades et procéder à des coups de main.
  • Compléter par un réseau mobile de patrouille la trame lâche des postes fixes.

 

La SES du 159e RIA

Marches d'hiver 1932

SES du 159e RIA

SES en reconnaissance

Skieurs du 159e RIA dans les années 30